LE DOSSIER DU MOIS

Agilité et études marketing : mode d’emploi (volet 1)

16 Sep. 2019 | Dossiers du mois

L’agilité s’impose comme un impératif à tous les étages et dans toutes les directions des entreprises… Et les études n’y échappent pas !

Mais encore ? Comment définir ce qu’est l'agilité et la façon dont ce besoin - ou même cette exigence - se manifeste ? Comment doit-elle être mise en oeuvre ? Quelles sont les implications pour les équipes études et les instituts ?

Cet impératif n'induit-il pas des risques et, si oui, comment les éviter ?

Avec les interviews de Guillaume Roussel (Orange), Catherine Shutz-Bussat (Repères) et Marc Papanicola (Insighquest)

Partager

Découvrez nos précédents dossiers du mois

Les études socio-culturelles servent-elles encore à quelque chose ? (volet 2)

Les études socio-culturelles servent-elles encore à quelque chose ? (volet 2)

C’est un fait, les études socio-culturelles passent assez souvent au second plan des priorités pour les équipes market-research ou consumer-insight des entreprises. Et il faut bien sûr voir derrière ce phénomène un besoin clair de leur part, celui de partager des éclairages aussi immédiatement actionnables que possible…

Mais n’y a-t-il pas un vrai risque pour les marques à sous-estimer l’importance de ce prisme, surtout par les temps qui courent ? Et n’existe-t-il pas des options permettant de renforcer l’opérationnalité de ces inputs, en visant l’efficacité avant tout ?

Nous vous proposons de découvrir, suite à notre premier volet, les points de vue de Dominique Suire (Stratégir), Diouldé Chartier-Beffa (DCap Research), Inès Bizot et Ilana Dupeyron (June Marketing)

Les études socio-culturelles servent-elles encore à quelque chose ? (volet 1)

Les études socio-culturelles servent-elles encore à quelque chose ? (volet 1)

Les études socio-culturelles ont connu par le passé une sorte d’âge d’or, avec des segmentations aussi marquantes que les chemises à fleurs de son vulgarisateur le plus médiatique. Mais au fil du temps, elles ont perdu du terrain, les entreprises privilégiant des approches plus ad’hoc, visant à être plus opérationnelles.

Ce moindre engouement est-il imputable à une trop faible efficacité de ces outils ? Ces grilles de lecture ne méritent-elles pas au contraire de reprendre un peu plus de place ? Si oui pourquoi ? Et comment, selon quelles grandes options ?

Nous vous proposons de découvrir les interviews de Xavier Charpentier (FreeThinking), Rémy Oudghiri (SocioVision), Jean-François Levionnois (BVA) et Thibault Martinerie (Bouygues Immobilier)

Quel devenir pour la fonction ‘Etudes’ chez l’annonceur ? La vision des décideurs marketing

Quel devenir pour la fonction ‘Etudes’ chez l’annonceur ? La vision des décideurs marketing

Quel que soit le nom qu’on lui donne — Etudes marketing, Consumer Insight, Market Research, Connaissance Clients… —, voilà une fonction dont le devenir dans les entreprises soulève bien des interrogations. Va-t-elle s’étioler comme certains le prédisent, face à la concurrence de nouvelles options d’analyse des consommateurs ? Ou bien son rôle peut-il au contraire se transformer et se renforcer ? Quel est donc à ce sujet le point de vue des décideurs marketing ? Quelles sont leurs convictions ?

Suite à notre premier volet, nous vous proposons de découvrir les interviews d’Olivier Balima (Directeur Marché et Clients de LCL), Valérie Fohrer (CMO de Degrenne) et Simon Ilardi (Directeur Marketing Clients Fnac-Darty)