LE DOSSIER DU MOIS

Peuple vs élites : les études en question ?

8 Juil. 2019 | Dossiers du mois

La crise des Gilets Jaunes est régulièrement décryptée comme le signe de plus d’une déconnexion entre une élite — celle des décideurs politiques ou économiques — et le peuple ou les consommateurs (ou même les salariés, avec le procès en cours des ex-dirigeants de France Télécom).

Mais les études n’ont-elles pas précisément vocation à être le trait d’union entre les uns et les autres ? Sont-elles donc au moins en partie en cause ? Et quelles options leur permettraient de mieux jouer ce rôle d’intermédiaire ?

Avec les interviews de Véronique Langlois et Xavier Charpentier (FreeThinking), Diouldé Chartier (DCap Research) et Rémy Oudghiri (SocioVision)

Partager

Découvrez nos précédents dossiers du mois

Quand les marques se cherchent une raison d’être…

Quand les marques se cherchent une raison d’être…

Il y a manifestement un engouement des marketeurs et des communicants pour ces chantiers visant à donner plus de sens aux marques dont ils ont la responsabilité. L’enjeu étant de définir plus spécifiquement la « Brand Purpose », ou la « Raison d’être » de la marque, qui sont les deux termes les plus souvent usités.

Cet intérêt n’est-il qu’un phénomène de « mode » ? ou bien se justifie-t-il au contraire par des évolutions profondes des règles du jeu pour les marques ? Si oui, quels sont les parti-pris les plus pertinents pour mener à bien ces chantiers ? Et quels sont à contrario les principaux pièges à éviter ?

Nous vous proposons de découvrir les points de vue d’Arnaud Caré (Ipsos), Nicolas Riou et Cécile Batho (BrainValue), Céline Grégoire et Sylvie Lasoen (AddingLight). Avec le témoignage à venir d’Aude Mauclaire (Cassegrain)

Les études socio-culturelles servent-elles encore à quelque chose ? (volet 2)

Les études socio-culturelles servent-elles encore à quelque chose ? (volet 2)

C’est un fait, les études socio-culturelles passent assez souvent au second plan des priorités pour les équipes market-research ou consumer-insight des entreprises. Et il faut bien sûr voir derrière ce phénomène un besoin clair de leur part, celui de partager des éclairages aussi immédiatement actionnables que possible…

Mais n’y a-t-il pas un vrai risque pour les marques à sous-estimer l’importance de ce prisme, surtout par les temps qui courent ? Et n’existe-t-il pas des options permettant de renforcer l’opérationnalité de ces inputs, en visant l’efficacité avant tout ?

Nous vous proposons de découvrir, suite à notre premier volet, les points de vue de Dominique Suire (Stratégir), Diouldé Chartier-Beffa (DCap Research), Inès Bizot et Ilana Dupeyron (June Marketing)

Les études socio-culturelles servent-elles encore à quelque chose ? (volet 1)

Les études socio-culturelles servent-elles encore à quelque chose ? (volet 1)

Les études socio-culturelles ont connu par le passé une sorte d’âge d’or, avec des segmentations aussi marquantes que les chemises à fleurs de son vulgarisateur le plus médiatique. Mais au fil du temps, elles ont perdu du terrain, les entreprises privilégiant des approches plus ad’hoc, visant à être plus opérationnelles.

Ce moindre engouement est-il imputable à une trop faible efficacité de ces outils ? Ces grilles de lecture ne méritent-elles pas au contraire de reprendre un peu plus de place ? Si oui pourquoi ? Et comment, selon quelles grandes options ?

Nous vous proposons de découvrir les interviews de Xavier Charpentier (FreeThinking), Rémy Oudghiri (SocioVision), Jean-François Levionnois (BVA) et Thibault Martinerie (Bouygues Immobilier)