LE DOSSIER DU MOIS

Etudes marketing et do-it-yourself : pour le meilleur ou pour le pire ? (volet 1)

9 Mar. 2018 | Dossiers du mois

La pratique du DiY a spectaculairement progressé dans le domaine des études, comme en atteste les chiffres de notre baromètre. Le phénomène n’a rien d’anodin. Il peut être appréhendé comme un risque : celui que la commoditisation des études et la recherche des économies à tout prix mènent à une forte dégradation de la qualité. Mais il peut aussi préfigurer une nouvelle ère pour les études, avec de nouveaux modes de fonctionnement entre annonceurs et instituts. Quelles sont donc les meilleures options à prendre sur cet enjeu ? Quels sont les risques et les écueils à éviter ?

Nous vous proposons de découvrir à ce sujet les points de vue de Guillaume Roussel (Orange), Stéphanie Passareira (Init) et Christophe Ralle (Ysthad)

Partager

Gâchis ou gagnant-gagnant ?

Gâchis ou gagnant-gagnant ?

A l’évidence, le do-it-yourself est une réalité déjà bien présente dans les études de satisfaction, en particulier pour les mesures à chaud, et elle ne fera sans doute que se renforcer. Mais aux yeux de Stéphanie Passareira, DGA d’Init, selon ...
Le challenge des Directions Etudes

Le challenge des Directions Etudes

Si le DiY appliqué aux études marketing— qui peut prendre des formes extrêmement variées — apporte de vraies réponses à de vrais besoins au sein des entreprises, il est aussi synonyme d’un risque à ne pas négliger : celui de casser la capacité ...
Une paupérisation et une ouverture…

Une paupérisation et une ouverture…

Et si le développement du do-it-yourself chez les annonceurs était un phénomène réellement ambivalent : à la fois le signe d’une spirale allant dans le sens d’une paupérisation des études marketing — dans laquelle les instituts aurait leur part ...

Découvrez nos précédents dossiers du mois

Comment détecter les meilleures opportunités de croissance ?

Comment détecter les meilleures opportunités de croissance ?

Identifier les meilleures pistes pour alimenter la croissance de son entreprise est l’obsession naturelle de tout marketeur. Et c’est sans doute un des enjeux sur lequel le market research peut apporter le plus de valeur ajoutée, pour aller au-delà des intuitions ou mieux les accompagner.

Quelles sont donc les options les plus pertinentes ? Quels types d’études marketing et plus largement quelles démarches permettent de maximiser les chances de succès ?

Nous vous proposons trois points de vue d’experts sur ce thème avec les interviews de Michael Bendavid (Strategic Research), Diouldé Chartier-Beffa (DCap Research), Alexis Bonis-Charancle et Philippe Savereux (B3TSI / Market Vision)

Communautés d’études online : mode d’emploi et best practices (volet 1)

Communautés d’études online : mode d’emploi et best practices (volet 1)

Les communautés d’études online font partie des « outils » dont l’usage s’est le plus diffusé ces dix derniers années (voir les résultats de notre baromètre), avec un effet « booster » de la crise du Covid-19. Mais il reste des confusions sur ce que recouvre cette notion de « communautés ». Et les retours d’expérience sont contrastés, extrêmement positifs chez certains, plus mitigés pour d’autres.

Que sont donc ces dispositifs et les variantes possibles ? Quels sont leurs avantages spécifiques ? Pour adresser quels enjeux ? Et, plus largement, quelles sont les clés pour en tirer le meilleur parti ?

Nous vous proposons une première série de réponses à ces questions avec les interviews de Béatrice Maccario (Krealinks), Florence Hussenot (Adwise) et Lambert Lagrevol (Enov)

Customer Experience vs Market Research : un match à haut risque ?

Customer Experience vs Market Research : un match à haut risque ?

Et s’il y avait un sérieux risque, pour les professionnels du market research, de perdre du terrain face aux experts de la Customer Experience, que ce soit au sein des entreprises ou du côté de leurs prestataires ? L’idée peut sembler paradoxale, compte tenu de l’importance clé et historique de la satisfaction-client dans les études marketing. Mais des signaux pointent ce danger, comme l’avait évoqué Anne-Sophie Damelincourt.

Quels sont donc les atouts spécifiques des spécialistes du market research pour adresser ces enjeux de CX ? Des évolutions ou même une mutation sont-elles nécessaires ? Des opportunités existent-elles, et si oui lesquelles ?

Nous vous proposons une première série de réponses à ces questions avec les interviews d’Emmanuel Malard (Samsung Electronics France), Nathalie Léauté (BVA), Sophie Dugelay (Adecco) et Alain Sabathier (La Voix du Client)