LE DOSSIER DU MOIS

Faut-il dynamiter les baromètres de satisfaction ? (volet 1)

14 Mar. 2019 | Dossiers du mois

A l’évidence, les baromètres de satisfaction comptent parmi les dispositifs Etudes les plus essentiels dans les entreprises. Et pourtant, ils semblent être de plus en plus souvent remis en cause, alors même — voilà encore un beau paradoxe — que l’enjeu de la customer centricity ne cesse de prendre de l’importance au sein de celles-ci…

Pourquoi ces outils sont-ils ainsi challengés ? Faut-il les "dynamiter" au profit de nouvelles solutions, ou plutôt les repenser ? Et, si oui, quelles sont les options « philosophiques » et pratiques les plus intéressantes à suivre ?

Avec les interviews de Guillaume Antonietti (Groupe BVA), Diouldé Chartier-Beffa (DCap Research), Stéphane Marder et Benoit Parraud (Future Thinking France)

Partager

Le pragmatisme plutôt que la dynamite !

Le pragmatisme plutôt que la dynamite !

Pour Stéphane Marder et Benoit Parraud (Future Thinking), la dynamite n’est manifestement pas la solution la plus adaptée pour optimiser les baromètres de satisfaction. L’option la plus payante serait plutôt celle du pragmatisme, qui amène à ...
Un indicateur n’est pas une fin en soi !

Un indicateur n’est pas une fin en soi !

Pour Guillaume Antonietti (Groupe BVA), nous assistons bien à une remise en cause des baromètres de type Satisfaction par les directions générales des entreprises… Et celle-ci est tout à fait compréhensible compte tenu des dérives qu’il y a pu ...
Et si l’on passait aux baromètres d’expérience ?

Et si l’on passait aux baromètres d’expérience ?

Et si l’on « barométrisait » l’expérience des individus plutôt que leur satisfaction vis-à-vis des moyens mis en oeuvre par les entreprises ? Et si l’on cessait ainsi de les mettre en situation de juges — au risque qu’ils en demandent toujours ...

Découvrez nos précédents dossiers du mois

Faut-il repenser les tests d’innovation ? (volet 1) 

Faut-il repenser les tests d’innovation ? (volet 1) 

Une chose n’est pas prête de changer : innover implique de prendre des risques, surtout si le pari est de créer une rupture sur son marché. D’où l’impératif pour les entreprises de tester leurs idées avant de se lancer. Mais les règles du jeu ne cessent, elles, de bouger, dans un contexte fortement chamboulé ces dernières années. Il est ainsi nécessaire de réinterroger régulièrement ces dispositifs…

Quelles évolutions faut-il donc intégrer aujourd’hui pour mieux répondre aux besoins des équipes marketing sur ces enjeux ? Existe-t-il des alternatives aux études et démarches les plus classiquement utilisées ? Et, si oui, lesquelles ?

Nous vous proposons une première série de réflexions sur ce sujet avec les interviews de François Abiven (Repères), Sandrine Pouré (Scènes de Vie) et Pierre-Emmanuel Berthier (Emazing Retailing)

Social listening : best practices et pièges à éviter (volet 2)

Social listening : best practices et pièges à éviter (volet 2)

Vu de loin, le Social Listening peut apparaître comme un compartiment un peu restreint dans l’univers des études marketing. Mais dès que l’on y regarde de plus près, l’impression s’inverse radicalement ! Il est même difficile de ne pas être surpris par la variété des problématiques pouvant être adressées via ces approches, et par celle des profils de ses spécialistes.

Quelles sont donc les applications les plus enthousiasmantes et/ou à plus forte valeur de cet outil ? Et quelles clés faut-il intégrer pour en avoir le meilleur usage possible ?

Nous vous proposons une nouvelle série de points de vue sur ce thème avec les interviews de Virginie Barbieri (SemantiWeb), Diouldé Chartier-Beffa (DCap Research) et Jocelyn Munoz (Deep Opinion)

Social listening : best practices et pièges à éviter (volet 1)

Social listening : best practices et pièges à éviter (volet 1)

Avec la déferlante du digital, le Social listening s'est peu à peu imposé dans la boite à outils des professionnels des études marketing. Les retours d’expérience restent néanmoins contrastés, enthousiastes pour certains, plus mitigés chez d’autres, avec une difficulté à appréhender à la fois l’étendue des usages possibles et leur valeur ajoutée.

Quels sont donc, pour les équipes Etudes-Insights des entreprises, les pièges à éviter dans son utilisation ? Et surtout quels sont les best practices, à la fois dans la nature des éclairages et les modalités de mise en oeuvre ?

Nous vous proposons une première série de réflexions sur ce thème avec les interviews de Valérie Rager-Brossard et Marie-Alix Robert (Dynvibe), Claire Boudet (Opinionway), Natacha Dagneaud et Arthur Carreau (Séissmo & Synomia)