VU, LU & ENTENDU
François Hollande crée WashingData

« Mon nouvel ennemi, c’est la fake data ! » – Interview de François Hollande, fondateur de WashingData

1 Avr. 2022 | Vu, lu, entendu

Partager

C’est la grande surprise de ce printemps dans l’univers des études marketing, l’annonce de la création de WashingData, à l’initiative de François Hollande, notre ex-Président de la République.
Il répond en exclusivité aux questions de Market Research News, pour nous présenter la raison d’être de sa société, et les motivations qui l’ont amené à prendre cette initiative.

MRNews : Vous avez annoncé la création d’une nouvelle société dans les études marketing, WashingData. Pourquoi cette initiative ?

François Hollande : Nous sommes partis d’une évidence, le fait qu’une très grande partie des données disponibles aujourd’hui ne permettent pas de prendre de bonnes décisions. Ni dans l’univers du politique, je suis bien placé pour le savoir, ni dans les entreprises. Beaucoup sont tronquées — il y a plein de données manquantes —, quand elles ne sont pas complètement erronées. Et la situation s’aggrave tous les jours un peu plus. Je ne céderai pas au complotisme, mais il ne faut pas être naïf… Des forces obscures veulent pousser ce monde au chaos. J’en ai parlé avec Julie, et elle m’a soutenu à 100%, en me disant , en me chantant même « Oui, François ! Résiste ! Prouve que tu existes ! ».

La raison d’être de votre société, c’est de nettoyer les datas. Mais sur quoi vous appuyez-vous pour faire ça ?

Nous avons fait appel aux compétences d’un jeune homme très talentueux, qui nous a développé un logiciel extraordinairement puissant. Le principe est très simple. On injecte un corpus de données dans un ordinateur, et le programme est capable d’analyser en quelques secondes leur niveau de propreté. Il a en quelque sorte encapsulé les règles de la synthèse, un domaine que je maitrise plutôt bien. Si les données sont propres, la synthèse est facile. Et le logiciel se met immédiatement à exécuter un son de harpe très caractéristique. Si elles sont sales, il nous joue un air de pipo, on sait alors à quoi s’en tenir. C’est la phase du diagnostic. Dans un second temps, si les données sont trop sales et donc impropres à la décision, on les passe au mitigeur..

Qu’est-ce que le mitigeur ?

Ah ! Le mitigeur, c’est un concept qui m’est cher. L’idée, c’est de repérer dans le flot de données celles qui peuvent hérisser le poil des gens, les irritants si vous préférez. Et là, il faut opérer une sorte de redressement. Cela consiste à reformuler les choses, de sorte à ne plus blesser personne. Parfois, on ne comprend pas très bien ce que cela signifie, mais on réentend le son de la harpe, donc on sait qu’on a visé juste. La puissance de l’informatique est extraordinaire, avec le principe des logiciels « apprenants ». En quinze jours, en ne faisant qu’enregistrer mes conseils, le logiciel est devenu imbattable dans l’art de la reformulation.

Mais, est-ce qu’il n’y a pas le risque de ne fabriquer que de l’eau propre, certes, mais tiède ?

Vous avez tout à fait raison ! C’est ce qui nous a poussés à développer deux plugins alternatifs. Le premier, nous l’avons nommé le Sarkozyton, il vient introduire la bonne dose de piquant dans les datas. Mais il faut être vigilant, ne pas en mettre trop ! Le deuxième, j’en suis très fier, il active la fonction dite de la « blagounette ». Il ajoute un peu d’humour dans les datas, et comme tout le monde en a besoin, surtout par les temps qui courent, ça passe tout seul !

Vous êtes confiant sur les chances de succès de WashingData ?

Vous plaisantez ? Mais nous n’avons pas le moindre doute là-dessus. Le marché est énorme, notre solution logicielle est fantastique, et nos prix sont raisonnables, notre développeur se nourrissant exclusivement de hamburgers et d’eau sucrée. Il faut quand même que nous veillions à sa santé, c’est vital pour la pérennité de l’entreprise. Mais je lui fais faire un régime de temps en temps. Notre hantise, ce sont les hackeurs russes, qui sont redoutables. Mais j’ai été complètement rassuré par les échanges que j’ai eus avec la direction du renseignement français.

Créer une entreprise n’est pas un acte anodin. Derrière ça, il y a souvent des motivations personnelles puissantes. Quelles ont été les vôtres ?

Je ne vais pas me cacher derrière mon petit doigt, c’est une question de survie pour moi, il faut que je sorte de l’ennui profond dans lequel je suis tombé depuis la fin de mon mandat de président. Et je dois avouer qu’un rêve a beaucoup compté dans ma décision… J’ai rêvé que je me retrouvais avec François Mitterrand, dans un petit café du boulevard St-Germain. Et il m’a dit « François, tu le sais, ce que tu fais le mieux, c’est le nettoyage. Regarde ce que tu as fait du Parti, cela relève du prodige. Tu devrais réfléchir à la question de comment employer le mieux possible ce talent ». Quand je me suis réveillé, l’idée de WashingData était là, comme une évidence. Mon nouvel ennemi, c’est la fake data !


Propos recueillis par Thierry Semblat

Vous avez apprécié cet article ? N’hésitez pas à le partager !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CET ARTICLE VOUS A INTÉRESSÉ ?

Tenez-vous régulièrement informé de notre actualité et de nos prochains articles en vous inscrivant à notre newsletter.